Nous avons dépassé la première moitié de notre objectif qui consiste à parcourir 2 400 Km en utilisant un ski cerf-volant ou « snowkiting » pour la traversée le Groenland du Sud au Nord. Dans cet article, je vais répondre à plusieurs de vos questions à travers trois moments clés de la journée où la température se situe à environ -25C.

La routine du matin

En me réveillant dans mon sac de couchage, je m’en extirpe et je mets immédiatement mon épais manteau en duvet afin de rester bien au chaud pendant la préparation du déjeuner qui implique tout d’abord de faire fondre de la neige afin d’avoir suffisamment d’eau pour tous nos besoins de la journée.

Le déjeuner est composé d’environ 2 000 calories : gruau, céréales chaudes, noix, etc. Je ne manque pas une seule opportunité de mettre des calories dans mon corps. Par exemple, en ajoutant de l’huile de coco dans mon thermos de café, cela me donne tout près de 1 000 calories que je vais consommer durant la journée.

Ensuite, il faut se ranger nos vêtements, équipements et notre nourriture en plus de brosser la tente pour enlever la couche de givre qui s’est formée en raison de la condensation accumulée au cours de la nuit.

Il faut ensuite démonter notre campement et positionner soigneusement notre équipement dans le traineau avant de déployer nos voiles et se préparer pour le départ. La routine du matin prend environ 2 heures à compléter.

Durant la journée

Tous les détails sont soigneusement planifiés et organisés. Nous progressons avec nos cerfs-volants pendant 2 heures avant de prendre une courte pause de 10 minutes pour s’hydrater et ingérer le plus de calories possibles. Comme tout mon matériel est stratégiquement positionné dans mon traineau, je trouve rapidement tout ce dont j’ai besoin durant la pause. Je mets tout d’abord mon gros manteau de duvet avant de sortir le thermos et les snacks qui ont tous une densité calorique très élevée, un principe clé lors d’une expédition polaire.

Vers la fin de la pause, je remets tout en place dans mon traineau, j’enlève mon manteau en duvet et je me prépare à repartir. Lors d’une journée ou les vents sont favorables, nous pouvons continuer pendant 10 ou 12 heures avant de s’arrêter pour établir notre campement.

La routine du soir

La sélection d’un site de campement est une tâche importante afin d’assurer la sécurité des membres de l’équipe et un bon approvisionnement en neige que nous pourrons collecte avec un minimum d’effort et faire fondre afin de l’utiliser pour cuisiner le souper et fournir l’eau nécessaire à notre hydratation.

Assembler la tente est une étape qui demande une grande concentration en raison des vents souvent importants voire violents. Il faut éviter à tout prix de perdre cette précieuse pièce d’équipement essentiel à notre survie.

Une fois la tente assemblée, il faut installer le matelas et sac de couchage avant de s’afférer à faire fondre de la neige, sécher les vêtements, préparer le souper et réparer des pièces d’équipement défectueuses ce qui arrivent fréquemment en raison des températures très froides.

Il faut également être proactif avec la gestion de son corps afin de prévenir la formation d’ampoule et le craquement de la peau ou tout simplement pour soigner les petits bobos et ainsi prévenir une détérioration de la situation. Inutile de vous dire que la trousse de premiers soins requise pour ce genre d’expédition est assez impressionnante.

Finalement, il faut se préparer à dormir ce qui est essentiel afin d’avoir la meilleure récupération possible. Vêtu de 2-3 couches de vêtement, je me glisse dans une enveloppe de nylon qui va empêcher l’humidité générée par mon corps ne s’infiltre dans le duvet de mon sac de couchage ce qui aurait pour effet d’en réduire les propriétés d’isolation. J’ai bien sur une tuque et ma tête est également emmitouflée dans mon sac de couchage. Il y a seulement le bout de mon nez qui ressort ce qui me permet de respirer librement. Il est primordial d’être très efficace afin de maximiser le temps de sommeil qui est essentiel à la récupération.